Carbón – Paris 3

Ce samedi, rien ne s’est passé comme prévu. Moi qui avais lancé une soirée poutine avec des anciens de mon école, j’ai tout plaqué pour retrouver ma copine de master de passage à Paris pour un mariagr et qui m’a proposé un dîner dans son quartier de prédilection. Et me voilà donc dans un Uber, direction Carbón.

Elle qui vit à Londres avait repéré l’adresse vie Le Bonbon, notamment parce qu’il dispose d’un bar au sous-sol qui s’appelle Le Mina (comme elle). C’est donc une adresse plutôt trendy que je vous présente, avec le budget qui va avec.

Nous y sommes à 19h mais toutes les tables sont déjà réservées. Néanmoins, on nous propose de dîner au comptoir et la disposition côte à côte s’adapte finalement à merveille au concept de Carbón : le partage de soi. En effet, notre hôte au comptoir nous explique qu’il faut choisir trois petites assiettes et une grande assiette de la carte.

Nous avons toutes les deux déjeuné assez tard donc nous commençons tout d’abord par les trois assiettes avec une réserve sur la grande. Nous hésitons beaucoup sur la carte et nous demandons conseil. De cet échange, nous conservons les Saint Jacques au choufleur et kumquat ainsi que les asperges au haddock. Pour compléter la trilogie, nous tombons d’accord sur les gyozas au boeuf.

img_20180407_202723_1471192628558.jpg

img_20180407_192754_2991665894900.jpg

img_20180407_202746_1731497990241.jpg

A chaque service, nous sommes émerveillées par la présentation et partageons avec délicatesse les mets. Petit focus sur le service de ces petites assiettes : on nous apporte le plat que nous partageons dans nos assiettes respectives. C’est assez ludique et donne vraiment cette impression de partage et de proximité avec la personne qui prend part au repas.

Une fois notre dernière assiette terminée, on nous propose de choisir la grande. Un regard vers la cuisine qui se trouve derrière nous nous confirme que la grande assiette est très copieuse. Nous déclinons donc et nous rabattons sur les deux petites assiettes dessert. Là encore, le choix est cornélien surtout qu’il y a trois possibilités. Après un long moment d’hésitation et en collaboration avec notre hôte, nous commandons le parfait à la bergamote avec une crème citron et son sablé et la ganache chocolat tonka et meringue.

img_20180407_202749_8931193652440.jpg

img_20180407_202753_3431194307214.jpg

La dégustation des desserts se fait par allers-retours entre les plats jusqu’à disparition des sucreries. C’est difficile de savoir laquelle est la meilleure : l’une est chocolatée, l’autre plus sucrée et cela dépend des préférences de chacune.

Vient finalement le moment de l’addition car, comme je vous l’ai précisé un peu plus haut, toutes les tables sont réservées et des gens attendent que nous libérions la place au comptoir. Puisque le restaurant est un nouvel endroit à la mode, les prix sont légèrement plus élevés que mes adresses classiques. Néanmoins je suis agréablement surprise du montant final : seulement 33€ pour une cuisine excellente, une décoration branchée mais conviviale et un personnel aux petits soins.

 

Carbón

14 rue Charlot, Paris 3

Métro : Saint Sébastien Froissart (ligne 8) – République (ligne 3/5/8/9/11)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s